S段l me restait vingt ans

 
S段l me restait vingt ans La
Do#0,5 Do#0,5Do# Do# Mi Do#1,5

J誕pprendrais le chinois LaRé
Do#0,5 Do#0,5Do# Do# Mi Ré1,5

La musique vraiment RéMim
0,50,5Ré Ré Do# Si-11,5

J段nviterais chez moi MimLa
Si-10,5 Si-10,5Si-1 Mi Ré Do#1,5

Des flopées de savants La
Do#0,5 Do#0,5Do# Do# Mi Do#1,5

Pour comprendre le monde LaRé
Do#0,5 Do#0,5Do# Do# Mi Ré1,5

J段rais voir par moi-même
0,50,5 RéRé Fa#1,5

Si la Terre est bien ronde RéMim
0,50,5Ré Do# Ré Mi2,5

Mais je n誕i plus le temps LaMim
Do#0,5 Do#0,5Do# Mi La-1 Si-12,5

De ne penser quà moi LaMim
Sol#-10,5 Sol#-10,5Sol#-1 Si-1 Sol#-1 La-12,5
 

S段l me restait dix ans LaFa#m
Do#0,5 Do#0,5Do# Si-1 La-1 Fa#-11,5

J弾ssaierais bien encore Fa#mSim
Fa#-10,5 Fa#-10,5Fa#-1 Sol#-1 La Si1,5

De faire de temps en temps Sim
Si-10,5 Si-10,5Si-1 Si-1 Do#-11,5

Des folies de mon corps SimLa
0,50,5Ré Mi Ré Do#1,5

De laisser par moments
S'éveiller l'eau qui dort
J段rais voir par moi-même
Si Frida est bien blonde
Mais je n誕i pas le temps
De ne penser quà ça

S段l me restait cinq ans
Cela vaudrait la peine
De faire un peu semblant
Au moins pour ceux qui m誕iment
D弾ncore m段ntéresser
À ma petite santé
De vivre pour moi-même
À plein chaque seconde
Mais je n誕i plus le temps
De prendre soin de moi
-----------------
Alors c弾st plus pratique
J誕pprends l脱spéranto
Et pour toute musique
Fa Sol La Mi Ré Do
Je raconte aux enfants
Ce que je sais du monde
Et jécris des poèmes
Chantant Frida la blonde
Car il est toujours temps
D弛ffrir un peu de joie

En guise de gymnastique
Je grimpe les escaliers
D段mmeubles faméliques
Aux peintures écaillées
Faisant prendre conscience
Quand la révolte gronde
Que l誕ction sans violence
Est toujours plus féconde
Car il est toujours temps
D弛ffrir un peu de soi

Et puisqu段l faut partir
En ne laissant plus rien
D誕utre qu置n souvenir
Autant le faire bien
Que dans l弾sprit des gens
Votre nom se confonde
Qu弾n les interrogeant
Simplement ils répondent
Je me souviens seulement
Qu'il parlait en chantant

Lorsque jétais enfant
Il nous parlait du temps

Il me semblait pourtant
Qu段l me parlait de moi